Avant d’être enceinte je ne m’étais jamais posé cette fameuse question “accouchement avec ou sans péridurale?” mais une fois enceinte la question n’était même pas à poser je savais que je ne souhaitais pas la prendre. Lorsqu’on me posait la question je répondais sans hésiter “sans péridurale bien sûr ». 

Primipare de mon état beaucoup de personne me traitait de folle car selon elles nous avons aujourd’hui tellement de chance de pouvoir bénéficier de cela et de ne pas souffrir. mais hélas ma décision était déjà prise et je suis du genre entêté.

Pourquoi ai-je donc décidé de ne pas prendre la péridurale?

La peur des piqûres :

La 1ere raison risque de vous sembler folle mais j’ai une sainte horreur des piqures donc lorsque j’ai vue cette aiguille pour la 1ère fois je me suis dit plutôt mourir que de laisser cette chose pénétrer dans mon corps, au grand jamais!! Rien que le fait d’y penser, me donnait le tournis.

Lorsqu’il s’agit d’aiguille je suis dans tous mes états. je ne sais absolument pas comment j’ai fait pour faire toutes les prises de sang qui m’étaient demandées durant ces 9 mois.

Les effets secondaires: 

Nombreuses sont les personnes qui ont eu quelques effets indésirables  et n’ayant pas envie de me retrouver dans un sale état j’ai préféré ne pas tenter.

En général je suis assez flipette dans donc j’étais la 1ère surprise par ma décision d’accoucher sans mais sans pouvoir l’expliquer j’ai su trouver une force inexplicable en moi. 

Je voulais être maître de mon accouchement et pouvoir tout ressentir même si ça fait un mal de chien.

Comment faisaient les femmes à l’époque quand elles accouchaient?! je me suis dit que si elle pouvait le faire, ça ne devait pas être si douloureux que ça.

Me voilà donc chez l’anesthésiste qui me pose à peine quelques questions et donc la fameuse question à 1 million “souhaitez-vous prendre la péridurale?” sans hésitation ma réponse fut un grand non! ce dernier me dit “ d’accord, je ne vais pas mettre votre refus dans le dossier comme ça le jour j vous pourrez toujours la demander si la douleur devient insupportable”. Cette réponse m’a un peu exaspéré car, j’avais l’impression que mon sort était déjà scellé et il était sûr que je n’allais jamais pouvoir supporter la douleur. Cela m’a encore plus conforté dans ma décision. 

Les contractions : 

Mon terme était prévu le 06 Novembre 2020 mais je savais que j’accoucherais surement fin Octobre et ça n’a pas loupé. 

Le samedi 24 Octobre j’ai passé une superbe soirée en compagnie de mon chéri, petite sortie au restaurant tout ce que j’aime.

De retour à la maison j’ai enfilé mon pyjama et me suis affalé sur mon canapé et vers 23h j’ai commencé à ressentir de toutes petites contractions…au début c’était assez supportable mais plus le temps passait et plus ça devenait douloureux, ça annonçait la couleur pour la suite. 

J’ai essayé tant bien que mal de dormir en me disant que la douleur passerait mais impossible bébé n’étais pas du même avis.

Vers 5h du matin  je décide enfin d’appeler la maternité car je n’en pouvais plus j’avais très mal. La sage femme au bout du fil me dit de prendre un bain chaud et de prendre un spasfon, ça va me faire du bien, tu parles. j’ai pris ce fameux bain mais n’ayant pas de spasfon je me suis recouché et j’ai continué à subir mes contractions. 

L’accouchement : 

Vers 10h n’en pouvant plus mon chéri décide de m’emmener à la maternité qui se trouvait juste à 5 minutes de chez nous. Une fois à la maternité la prise en charge à été assez rapide et mes contractions de plus en plus douloureuses. 

On m’a emmené dans une salle d’accouchement pour le monitoring et le toucher vaginal, la sage femme m’annonce que mon col n’était qu’à 3 et je lui ai demandé pour pouvoir accoucher à combien doit-il être? elle me répond à 10. Alors là, j’étais à bout, je me suis dit à cette allure je n’accoucherai jamais et chanceuse comme je suis mes contractions étaient vraiment longues. 

Comme si cela ne suffisait pas, j’ai eu droit au coton tige dans le nez pour le prélèvement COVID, quelle sensation désagréable, mon Dieu! malgré mes douloureuses contractions je l’ai quand même bien senti passé.

J’ai ensuite été installé dans ma chambre, j’avais pris une chambre double mais avec la pandémie c’est une personne par chambre. Plus les heures passaient et plus j’avais maaal et la sage femmes n’arrêtait pas de me dire à quel point j’étais courageuse, à ma place elle aurait déjà demandé la péridurale. J’ai eu droit à cette phrase à de nombreuses reprises. 

Vers 15h je n’avais toujours pas accouché et la douleur devenait insupportable, je n’ai pas hurlé mais au contraire j’étais très zen et j’essayais tant bien que mal de tenir le coup car, en plus du bas ventre qui me faisait hyper mal, le dos aussi c’était la catastrophe, à un moment, j’ai cru qu’il allait tomber en lambeau. 

Arrivé à un certain niveau j’ai regardé mon chéri et lui ai dit “je pense que je vais prendre cette fichu péridurale. Je n’en peux plus” chose à laquelle il m’a répondu “mais non regarde tu as déjà bien géré jusqu’ici se serait  vraiment dommage de changer d’avis si près du but” et il avait raison. 

Après cela, j’étais encore plus déterminé que jamais à tenir le coup. J’ai gémi encore et encore jusqu’à ce qu’on vienne me chercher pour mon dernier monitoring, à ce stade je devais être à 7 ou 8. 

On m’a ensuite proposé un bain que j’ai accepté sans réfléchir,  ce bain m’a fait tellement de bien et quand je suis sorti de l’eau, j’ai senti que le moment fatidique n’était plus loin, en effet mon col était déjà bien ouvert. Une fois de retour dans la salle d’accouchement j’ai ressenti une forte envie de pousser. c’était vraiment inexplicable, d’un coup il fallait absolument que je pousse.

Je me suis allongé sur le dos et la avec les dernières forces qu’il me restait j’ai fait le maximum pour que ma princesse sorte.

J’ai tellement hurlé, à cet instant précis la douleur était indescriptible, j’avais l’impression qu’on me déchirait de l’intérieur… Les encouragements des sages femmes et de mon chéri m’ont bien aidé.

A 18h23 ma petite princesse est née avec 2kg350 et 47cm j’ai tellement pleuré. A cet instant précis, deux sentiments se côtoyaient: le choc et la joie. Choqué dans le sens positif du terme bien sûr, je ne me serais jamais cru capable d’accoucher un jour et encore plus sans péridurale. 

Pour moi impossible qu’une chochotte comme moi puisse le faire et ensuite voir ce petit être qui 9 mois en arrière n’étais qu’un “petit grain de riz comme j’aimais bien « l’appeler et aujourd’hui je l’avais dans mes bras. Un vrai miracle!! 

J’ai eu beaucoup de chance d’avoir une grossesse de rêve, un accouchement de rêve et une petite choupette qui se porte très bien et qui grandit très bien. Aujourd’hui mademoiselle pèse 4kg140 et mesure 50 centimètres. Je l’aime tellement!

Baby K le jour de ses 1mois.

J’avais tellement d’appréhension face à tout cela, je me suis fait tellement de films basé sur les expériences d’autres femmes mais ce que j’ai oublié c’est que toutes les femmes sont différentes et chaque expérience est unique. 

Je me suis découverte une grande force mentale et aujourd’hui je me sens capable de tout affronter grâce à cette belle expérience.

Author

2 Comments

  1. Tu est une vrai femme forte, tu un mis une merveille au monde. Je vous souhaite le meilleur, à toi à ta fille et ta petite famille.

    • Coucou ma ludivine. Merci pour ces gentils mots ça me touche. ♥️
      Bisous 😘

Write A Comment

9 − 3 =